« La LCF progresse de façon significative » - Jeffrey L. Orridge

« La LCF progresse de façon significative » - Jeffrey L. Orridge

Plus de points, moins de pénalités, et la Ligue fait progressivement des percées auprès de partisans plus jeunes et dans le marché le plus important au Canada

Vendredi 25 novembre 2016 — TORONTO – Grâce à plus de points et à des matchs serrés, la Ligue canadienne de football (LCF) progresse significativement vers ses objectifs, a déclaré aujourd’hui le commissaire de la LCF, Jeffrey L. Orridge.

« Quand j’analyse, aujourd’hui, la situation de la Ligue, le premier mot qui me vient en tête est : progrès », a confié Orridge lors de son bilan de saison annuel, un événement médiatique d’envergure en marge de la 104e Coupe Grey, présentée par Shaw. « Nous avons effectué plusieurs pas vers l’avant. »

Orridge soutient que le football professionnel canadien est en excellente santé. Les points marqués en attaque, une préoccupation importante il y a à peine deux ans, sont en hausse de 20 % comparativement à 2014, et de 10 % par rapport à l’année dernière.

« Ces nombres sont le résultat de changements notables visant à ouvrir le jeu », a dit Orridge.

Le nombre de pénalités, une préoccupation l’an passé, a diminué de 12 % au cours du plus récent calendrier régulier, soit quelque trois punitions de moins par rencontre. Cette année, huit matchs de saison régulière ont nécessité la tenue de la prolongation, égalant un record de la LCF. Plus du quart des matchs ont été décidés par un écart de quatre points ou moins cette saison. Et la moitié des parties ont couronné un gagnant au cours des trois dernières minutes de jeu.

« Notre sport se compare à n’importe quel autre », a affirmé Orridge.

Les Stampeders de Calgary et le ROUGE et NOIR d’Ottawa se disputeront la victoire lors de la 104e Coupe Grey, présentée par Shaw, ce dimanche à compter de 18 h HE. Le match peut être regardé sur RDS et sur TSN au Canada et sur ESPN2 aux États-Unis, et il sera webdiffusé en direct en dehors de l’Amérique du Nord.

Orridge a réitéré que les objectifs de la Ligue sont de conserver ses amateurs actuels, en misant sur l'interactivité et l'engagement, d’attirer de nouveaux partisans, et de rejoindre et d’intégrer la prochaine génération de partisans.

Il a souligné qu’alors que les cotes d’écoute des matchs de la LCF à TSN ont augmenté de 3 % comparativement à l’an dernier, elles ont connu une hausse de 7 % chez les 18-49 ans, et de 7 % chez les femmes, par rapport à 2015.

« Ces statistiques laissent sous-entendre que nous nous dirigeons dans la bonne direction. Toutefois, nous avons encore beaucoup de travail à faire », a dit Orridge.

Pour une troisième année de suite, plus de deux millions de partisans ont assisté aux matchs de la LCF cette saison – une moyenne de quelque 25 000 amateurs par rencontre, mais les assistances ont été légèrement en baisse par rapport à pareille date l’an dernier.

« Ça confirme que nous devons poursuivre le travail que nous avons déjà entrepris afin de conserver nos partisans actuels et d’attirer de nouveaux et jeunes amateurs », a-t-il indiqué.

Orridge a mentionné qu’un investissement dans les plateformes numériques de la Ligue constitue un morceau important de cette stratégie. Le CFL.ca a enregistré deux fois plus de visites cette année, et l’engagement des partisans a augmenté sur Facebook (37 %), sur Twitter (80 %) et sur Instagram (293 %).

La partie de dimanche – le match de championnat du football professionnel canadien – sera disputé à l’extérieur au fraîchement rénové BMO Field, qui est devenu cette année le domicile permanent des Argonauts de Toronto.

« Grâce à un nouveau groupe de dévoués propriétaires, les Argonauts ont entamé leur reconstruction », a dit Orridge.

En 2016, quelque 14 % plus d’amateurs ont assisté aux matchs des Argos, qui ont doublé leur nombre d’abonnés de saison. De plus, les matchs de la formation torontoise ont enregistré une hausse de cotes d’écoute de 10 % sur les ondes de TSN, a-t-il ajouté.

Orridge a reconnu que plusieurs – incluant les propriétaires et les membres de la direction des Argos – auraient aimé que l’équipe renverse la vapeur en une seule saison.

« Ça va prendre du temps », a dit Orridge. « Mais le futur est prometteur, et il y a assurément une place pour les Argos à Toronto. »

Le commissaire a mis l’accent sur l’engagement continu de la Ligue envers la santé et la sécurité des joueurs, citant l’introduction d’une nouvelle politique contre le dopage, développée en coopération avec l’Association des joueurs de la Ligue canadienne de football, et l’ajout d’un observateur, responsable de détecter les blessures, présent pour chaque match dans le centre des reprises vidéo de la Ligue.

Il a également parlé de plusieurs autres progrès réalisés par la LCF : des séances de formation offerte à tous les joueurs du circuit ainsi qu’au personnel des équipes et du bureau de la Ligue dans le cadre de la politique de la LCF en matière de violence faite aux femmes, de nouvelles initiatives en collaboration avec You Can Play, qui promeut l’accès et l’équité des athlètes de la communauté LGBTQ, et la mise en place d’un règlement clair contre le maraudage, encadrant le mouvement d’entraîneurs entre les équipes.

Orrige a concédé que l’Ouest a largement dominé cette saison : en 56 ans de matchs entre les deux divisions, l’année 2016 est seulement la douzième où les équipes d’une division ont gagné plus de 70 % de leurs matchs contre des adversaires de la division opposée.

La Ligue est toujours ouverte à revoir sa structure, mais le format actuel des éliminatoires a bien servi la Ligue, et ce, depuis plusieurs saisons. La LCF voudra certainement surveiller la situation pendant plus qu’une seule saison « inhabituelle », a-t-il dit.

« Qu’il s’agisse de notre sport, de l’engagement de nos partisans, de notre marketing ou de nos politiques, nous allons de l’avant », a soutenu Orridge.

« Ça fait un bail que nous n’avons pas été aussi forts et aussi stables. Et cette situation nous permet de nous pencher sur nos objectifs à long terme. Nous voyons des résultats positifs et tangibles. »

Published with Prezly