Déclaration du commissaire de la Ligue canadienne de football à propos des contrats consentis aux joueurs de la LCF

Déclaration du commissaire de la Ligue canadienne de football à propos des contrats consentis aux joueurs de la LCF

Jeudi 1 février 2018 — TORONTO – Aujourd’hui, le commissaire de la Ligue canadienne de football Randy Ambrosie a émis la déclaration suivante :

On parle beaucoup ces jours-ci du statut des joueurs de la LCF qui souhaitent explorer de potentielles avenues dans la NFL à mi-chemin de la durée de leur premier contrat standard dans la LCF (un an et une année d’option, qui entre en vigueur à la discrétion de l’équipe). Je tiens à expliquer la position de la LCF :

  • Nos règlements et nos procédures sont clairs. Les joueurs doivent honorer leur contrat, comme ils ont été enregistrés auprès de la Ligue. En ce qui a trait à deux cas qui ont récemment attiré l’attention des membres des médias, les Argonauts de Toronto ont honoré ces règlements et ces procédures, comme il se doit. 
  • Les équipes n’ont pas la permission de conclure des ententes parallèles avec des joueurs qui amorcent leur carrière dans la LCF, qu’il s’agisse de contrats écrits non enregistrés ou d’ententes verbales, promettant qu’un joueur puisse être libéré à sa demande après une seule année ou l’obligeant à effectuer un retour avec la même équipe advenant qu’il soit incapable de décrocher un emploi dans la NFL. Dernièrement, l’une de nos équipes a annoncé avoir libéré un joueur à mi-chemin de la durée de son premier contrat dans la LCF, afin que ce dernier puisse explorer de potentielles avenues dans la NFL. La LCF s’est aperçue que ce geste avait été posé à la suite de la signature d’une telle entente parallèle, et cette équipe est sujette à une amende salée pour ne pas avoir suivi nos règlements et nos procédures.
  • Certains parlent d’une « fenêtre NFL » au cours de laquelle un joueur aurait la permission de quitter la LCF à la suite de sa première année de contrat au sein du circuit. Cette fenêtre n’existe plus. Elle n’est pas en place et elle n’a pas été utilisée depuis 2012, année au cours de laquelle elle a été abandonnée.
  • Nous avons beaucoup de respect pour nos joueurs, pour leur carrière et pour leurs ambitions. Mais comme n’importe quelle autre ligue, nous nous attendons à ce qu’ils respectent leurs ententes contractuelles, comme nous nous attendons à ce que nos équipes respectent les leurs.
  • Nous demeurons ouverts au changement. Je prends présentement part à une tournée des villes de la LCF, où je rencontrerai les opérations football de chacune des équipes et des partisans de tous les marchés, à la recherche d’idées qui rendront notre ligue et notre sport plus forts. 
  • Il est trop tard cette année pour amender équitablement ce règlement, mais si on nous présente une meilleure approche vis-à-vis de cet enjeu – ou de n’importe quel enjeu en fait –, nous irons de l’avant avec celle-ci. Les visions concernant cet enjeu diffèrent au sein de notre ligue. J’ai hâte d’entendre les arguments de tous les partis et de toutes les personnes avec de nouvelles idées. 

Comme à l’habitude, je veux remercier nos joueurs pour leurs énormes efforts sur le terrain ainsi qu’à l’extérieur de celui-ci, nos partisans qui rendent tout ce que nous faisons possible, et les membres des médias pour leur intérêt continu et pour leur capacité à raconter nos histoires.

Olivier Poulin Directeur, Communications et affaires publiques at Ligue canadienne de football