La LCF approuve un changement au règlement entourant les demandes de révision des entraîneurs

La LCF approuve un changement au règlement entourant les demandes de révision des entraîneurs

Une équipe qui perd une contestation perdra désormais aussi un temps d’arrêt

Vendredi 26 août 2016 — TORONTO – La Ligue canadienne de football a approuvé un changement au règlement entourant les demandes de révision des entraîneurs.

Dorénavant, si une équipe utilise sa première demande de révision d’une décision des officiels et qu’elle n’a pas gain de cause, elle perdra aussi un temps d’arrêt. Si, au contraire, on lui donne raison, elle gardera son temps d’arrêt.

En d’autres mots, la première demande de révision des entraîneurs n’est plus « gratuite ». Avec ce changement, une équipe met désormais un temps d’arrêt à l’enjeu lors de son premier appel, comme c’est déjà le cas pour la deuxième demande de révision. Les équipes doivent maintenant être en possession d’un temps d’arrêt pour demander une révision. Les équipes ont droit à deux temps d’arrêt par rencontre, et ne peuvent qu’utiliser un temps d’arrêt durant les trois dernières minutes d’un match.

« Nous écoutons nos partisans », a indiqué Jeffrey L. Orridge, le commissaire de la Ligue canadienne de football.

« Et bien qu’il soit inhabituel de procéder à un changement aux règlements au cours d’une saison, notre ligue et nos équipes veulent répondre aux préoccupations soulevées par nos partisans quant à la fréquence des demandes de révision. Nous sommes fiers des innovations que nous avons introduites au sein de notre sport, dont les nouvelles manières d’utiliser la reprise vidéo, et du fait que ces progrès sont désormais considérés par d’autres ligues. Mais l’innovation, peu importe la branche, demande parfois des ajustements et des modifications. L’appréciation de nos partisans est très importante pour nous. »

La LCF revoit ses règlements et ses procédures toutes les saisons mortes, et elle compte se pencher de manière plus approfondie sur la question des reprises et des demandes de révision à ce moment, a dit Glen Johnson, le vice-président principal du département football de la Ligue.

« Nos dirigeants croient que ce changement est un pas dans la bonne direction, alors que notre sport continue d’évoluer dans un environnement de plus en plus technologique », a ajouté Johnson.

Ce changement au règlement a été approuvé hier par les gouverneurs de la Ligue, à la suite d’une réunion des membres de son comité des règlements.