La Ligue canadienne de football limite le nombre de reprises vidéo

La Ligue canadienne de football limite le nombre de reprises vidéo

Les entraîneurs disposeront d’une seule contestation par match; La LCF tiendra une téléconférence aujourd'hui à 14 h HE

Mercredi 2 août 2017 — TORONTO – En vertu de changements au processus de reprises vidéo approuvés hier soir par la Ligue canadienne de football (LCF), les entraîneurs du circuit ne pourront désormais contester qu’une décision par match. Une téléconférence avec le commissaire de la LCF Randy Ambrosie et avec le vice-président football de la LCF Glen Johnson aura lieu aujourd’hui à 14 h HE.

« Nous avons un produit exceptionnel. Et nous sommes particulièrement choyés, cette année, puisque nos athlètes d’élite nous offrent des jeux incroyables, des matchs serrés, et même des remontées extraordinaires. Plus de points sont marqués, le nombre de pénalités a diminué, et les parties durent moins longtemps. La dernière chose que nous souhaitons, c’est qu’un obstacle artificiel empêche nos partisans d’apprécier le tout », a indiqué Ambrosie.

« Malheureusement, c’est actuellement le cas avec notre processus de reprises vidéo. Il avait été mis en place pour corriger des erreurs flagrantes et indiscutables pouvant influencer le dénouement d’une partie. Cependant, il n’est plus utilisé de cette manière. Trop de contestations et de reprises vidéo perturbent le déroulement de nos rencontres. Les entraîneurs, de manière compréhensible puisqu’ils ont la pression de gagner, l’utilisent pour obtenir un avantage. Les partisans m’ont clairement mentionné qu’ils souhaitaient que quelque chose soit fait, et c’est pour cette raison que nous procédons à un changement. »

Le changement est effectif à partir de maintenant.

DÉTAILS DE LA TÉLÉCONFÉRENCE

Quoi : Téléconférence du commissaire de la LCF à propos des changements au processus de reprises vidéo
Quand : Mercredi 2 août | 14 h HE
Numéro à composer : 416 340-2217 / 1 800 806-5484
Code d’accès : 6147535
Participant : Randy Ambrosie, commissaire de la LCF, et Glen Johnson, vice-président football de la LCF

Auparavant, chaque équipe bénéficiait de deux contestations par match, et une équipe pouvait en obtenir une troisième, advenant que son entraîneur ait eu gain de cause lors de ses deux premières. Dorénavant, les clubs disposeront d’une seule contestation par match, et devront toujours avoir un temps d’arrêt pour contester une décision. Et s’ils n’obtiennent pas gain de cause, ils perdront, comme c’était déjà le cas, leur temps d’arrêt.

Ambrosie a exigé une évaluation du processus de reprises vidéo à la suite de sa plus récente visite des stades de la LCF la fin de semaine dernière. La proposition qui a découlé de cette évaluation, soit de limiter les entraîneurs à une seule contestation par match, a été approuvée, hier soir, lors d’une série d’appels avec le comité de compétition du circuit, les présidents des équipes et les principaux gouverneurs de la Ligue.

« Nous tous à la LCF voulons que nos joueurs sachent que nous tenons à mettre de l’avant leurs habiletés exceptionnelles et toute l’action qui se déroule sur le terrain », a dit Ambrosie. « Nous voulons aussi que les partisans sachent que nous faisons tout ce que nous pouvons pour leur offrir la meilleure expérience possible. »