Quinn Smith des Stampeders est suspendu pour violation de la politique contre le dopage de la LCF/AJLCF

Quinn Smith des Stampeders est suspendu pour violation de la politique contre le dopage de la LCF/AJLCF

Il s’agit de la première violation de la nouvelle politique mise en place au printemps dernier.

Vendredi 9 septembre 2016 — TORONTO – Le joueur de ligne défensive Quinn Smith des Stampeders de Calgary est suspendu immédiatement pour trois parties par la Ligue canadienne de football (LCF). L’analyse d’un échantillon recueilli dans le cadre d’un contrôle antidopage a révélé la présence de méthandiénone, une substance interdite selon la politique contre le dopage de la LCF et de l’Association des joueurs de la LCF (AJLCF).

Cette infraction est la première à survenir sous la nouvelle politique – qui augmentait le nombre de tests effectués par le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) – dévoilée en avril dernier.

La politique en vigueur prévoit qu’un joueur de la LCF qui obtient un résultat positif pour l’utilisation d’une substance interdite fera face à une suspension de deux matchs lors d’une première offense.

Cependant, ce joueur avait obtenu un résultat positif lors d’un contrôle effectué pendant le camp d’évaluation national de la LCF en mars 2014, alors qu’il était un athlète universitaire sous l’égide de Sport interuniversitaire canadien (SIC). Tel que le prévoit la politique, la suspension imposée au joueur est de trois parties.

La politique maintenant en vigueur prévoit que les infractions sont rendues publiques une fois que tout éventuel processus d’appel est terminé ou qu’un joueur renonce à son droit de faire appel.

La politique prévoit qu’un joueur ne peut pas participer aux matchs. La décision de lui permettre de participer aux autres activités d’équipe, comme les séances d’entraînement ou les rencontres de préparation, relève du club.

Tout joueur qui viole les règles antidopage est sujet à des contrôles obligatoires, en plus de devoir se soumettre à un examen médical ainsi qu’à une évaluation qui déterminera s’il a besoin de soutien supplémentaire.

La politique reconnaît les sanctions antérieures imposées par Sport interuniversitaire canadien (SIC), par la National Collegiate Athletic Association (NCAA), par la National Football League (NFL) et par les autres sports contrôlés par l’Agence mondiale antidopage.

Pour les joueurs qui ont fait leur arrivée dans la LCF sans antécédents, les sanctions suivantes s’appliquent en cas d’obtention d’un résultat positif à un contrôle : suspension de deux matchs pour une première violation, suspension de neuf matchs pour une deuxième violation, suspension d’un an pour une troisième violation et une suspension à vie pour une quatrième violation.

La politique prévoit que le nombre de contrôles aléatoires représente l’équivalent de 100% des joueurs de la LCF.

Les contrôles aléatoires ont lieu tout au long de l’année.